Skip to content
December 3, 2012 / edwardonbebop

Effet des pilules: quelques mois après la fin

Je n’ai pas écrit au sujet de mon état “dépressif” (et oui, je garde les guillemets autour de ce mot pour le moment) depuis plus semaines, voire plusieurs mois.

Aussi constructif que puisse être le fait de formaliser ses pensées et de les écrire, je me suis rendu compte qu’il y avait un juste milieu à trouver dans cette démarche. En effet, trop écrire sur la maladie, c’est lui accorder trop d’importance.

Je me suis rendu compte qu’il fallait prendre de la distance par rapport à la maladie et ne pas la laisser nous définir. Lâcher prise.

“Lâcher prise” c’est le terme employé par mon psychologue pour décrire l’attitude conseillée vis-à-vis des questions existentielles qui peuvent devenir envahissantes et déprimantes si l’on s’acharne à trop vouloir y répondre trop vite.

Cela fait donc plusieurs mois que j’ai arrêté le traitement anti-dépressif que j’avais suivi pendant un moment. Ces pilules avaient eu pour effet de me couper de mes émotions. Presque totalement. A tel point que ça en devenait troublant (même pour moi). En arrêtant de prendre le médicament, je m’attendais à ce que mes émotions refluent soudainement.

Ce ne fût pas le cas. Le processus a été lent et presque imperceptible. A tel point que je ne saurais dire si aujourd’hui j’ai retrouvé toute mon émotionalité. Je carburais aux émotions il n’y a même pas un an de cela, et aujourd’hui, je me sens plus calme, plus posé. Peut-être que c’est ce que je suis au fond de moi finalement. Calme et posé ? Non, je n’y crois pas trop en fait…

Donc aujourd’hui je suis encore un peu perdu. J’essaie de me définir par rapport à mon passé (le souvenir de mes ressentis et le ressenti de mes souvenirs) mais surtout par rapport à ce que j’attends, ce que je souhaite, ce que je veux.

La question du passé a toujours été compliquée pour moi. Je ne vais pas m’étendre sur le sujet ici. Ce qui me perturbe finalement, c’est que la question de savoir ce que je veux faire, vivre, expérimenter, je ne sais pas y répondre !

Même après plusieurs mois, j’ai des pistes, de petits fragments de réponses. Rien de plus. C’est effrayant en réalité.

Ceci m’amène la conclusion de ce post. Ce qui m’a fait tomber en “dépression”, c’est que j’ai perdu le contact avec cet étrange individu peut-être un peu loufoque, perdu entre l’enfance et l’âge adulte: moi. Je l’ai fait taire trop longtemps. Je l’ai laissé se noyer, fusionner pour devenir quelque chose qui ne lui correspondait pas. Aujourd’hui j’ai du mal à reprendre le contact avec Moi. Nous avons du mal à communiquer. Nous y travaillons tous les deux.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: