Skip to content
September 1, 2013 / edwardonbebop

Je cours… #1

… pour ne pas me faire rattraper par mon passé.

Ou pour me donner l’illusion de m’éloigner de mon passé. Ce n’est pas de la science fiction, ni du comics. Non, contrairement à Flash, je ne cours pas suffisamment vite pour voyager dans le temps et potientiellement me perdre dans le futur.

La course à pied me permet d’ancrer un moment d’une journée dans le présent. Je cours, je regarde le paysage, j’écoute mon corps, il me parle et je lui parle. En dehors de l’effort, de ce rythme qu’il faut maintenir, plus grand chose n’existe.

L’angoisse, disparaît temporairement. Celle liée à mon passé notamment. Et c’est en ça que la course me permet de prendre de la distance par rapport à ce dernier. Cela me libère un peu de ces choses qui semblent me rattraper à chaque fois que je m’arrête un peu trop longtemps. Peut-être que je fuis, mais cela me permet d’aller de l’avant, au sens propre comme au figuré.

2 Comments

Leave a Comment
  1. Eva / Sep 2 2013 7:38 am

    Le sens propre permet parfois de guérir le souffrances du sens figuré🙂

    • edwardonbebop / Sep 2 2013 7:44 am

      Oui, c’est assez étrange d’ailleurs quand j’y pense.
      Le problème à mon avis, c’est que si je m’arrête trop longtemps, je me prends un retour de baton.

      Je crois que je fais donc partie des gens qui doivent toujours s’activer d’une façon ou d’une autre.

      Mais ça fait mal aux jambes le lendemain !!!😛

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: